L'interview : Sr. Françoise Grangier, un regard lumineux sur la vieillesse

0
0
0
s2smodern

Paris (France), 30/08/2016, RCF.- Nous vous diffusons avec joie l'interview de Sr. François de Sales, réalisé début juillet dans sa communauté, par Béatrice Soltner, et diffusé ces jours-ci sur la Radio RCF (RADIO CHRETIENNE FRANCOPHONE, un réseau de 63 radios locales). "Le temps qui me reste, ma prière, ma façon de penser, c'est l'action de grâce." A 96 ans, Sr. Françoise Grangier porte un regard lumineux sur la vieillesse. 

Sr. François de SalesSr. François de SalesSa vieillesse, Soeur Françoise Grangier la vit au jour le jour, comme un moment, mais elle ne se répète pas à longueur de journée qu'elle a 96 ans. Depuis 14 ans, elle se bat contre un cancer du sang. Alors qu'elle récupère peu à peu "de la force et de l'énergie", elle ouvre sa porte à Béatrice Soltner. La religieuse fait partie des Sœurs de Charité Dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge et vit désormais au cœur de Paris, avec d'autres sœurs âgées. Dans sa chambre, il y a surtout des livres, ceux de Maurice Zundel en particulier, son "maître spirituel", qui lui a fait découvrir "la pauvreté de Dieu".

"Le temps qui me reste, ma prière, ma façon de penser c'est l'action de grâce. Dans une journée on n'a jamais fini de dire merci: merci pour la personne qui m'apporte mon déjeuner, celle qui me fait une visite... C'est ça ma vie."

RCFRCFLE DÉSIR DE LA VIE RELIGIEUSE
De nationalité franco-suisse, Sœur Françoise est issue d'une vieille famille suisse originaire de la région de Gruyère, "une grande vallée fertile et ensoleillée". Elle était très jeune quand, en l'espace de quelques mois, elle a perdu sa mère puis son père. "Quand on perd ses parents, on se dit qu'il y a quelque chose après." Un drame qui "fait entrer tout de suite dans l'âge adulte", comme elle le dit, et qui l'a très tôt rendue sensible à la dimension spirituelle de l'existence.

LE TEMPS PRÉCIEUX DE LA VIEILLESSE
Le temps de la vieillesse, Sœur Françoise le vit "un temps précieux non pas parce qu'il va se terminer bientôt mais parce que c'est une étape de la vie où les choses s'élargissent." Le matin, elle s'interdit d'ouvrir son poste de télévision ou son ordinateur, elle consacre les premières heures de la journée au silence. Quatre fois par semaine, elle a rendez-vous avec sa kiné, puis elle consulte ses mails et surfe sur Internet. "Le soir, j'ai un faible pour l'émission 'Les chiffres et les lettres', qui fait travailler encore un peu."

Sœur Françoise fait de sa vie ce que Maurice Zundel appelle "une minute étoilée" - "cette petite lumière qui vous dit vous êtes dans le bon sens et qui vous libère". Cette femme qui a vécu la Seconde Guerre mondiale et qui se tient informée de l'actualité souvent sombre, cultive une recherche de paix à son échelle, "qui consiste à ne jamais jamais jamais dire du mal des autres".

L'interview... pour écouter