Lectio Divina: Dimanche de Pâques. Année B

on 03 Avr, 2021
Affichages : 1530

Washington, D.C. (USA), Sr. Luz Amparo Cárdenas, 4 avril 2021.- Le tombeau vide.  

Télécharger en PDF : 
Lectio Divina - Pâques- 04-04-2021 fr Download

EVANGILE 

Jn 20, 1-10 A la recherche des signes du Seigneur Ressuscité 

« Le premier jour de la semaine, Marie-Madeleine se rendit de bon matin au tombeau, alors qu’il faisait encore nuit, et elle vit que la pierre avait été ôtée du tombeau. Elle courut et vint trouver Simon Pierre et l'autre disciple celui que Jésus aimait, et leur dit : " Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau, et nous ne savons pas où ils l'ont mis. »

Pierre et l'autre disciple sortirent donc et se rendirent au tombeau. Ils courent ensemble, mais l'autre disciple courut plus vite Pierre et arriva le premier au tombeau. En regardant à l'intérieur, il vit les linges étendus sur le sol, mais il n'entra pas. Simon-Pierre arriva derrière lui. Il entra dans le tombeau et vit les linges sur le sol ; mais le linceul qui avait couvert sa tête n'était pas à côté des linges, mais replié dans un endroit à part. L'autre disciple entra aussi, celui qui était arrivé le premier au tombeau ; il vit et crut, car jusqu'alors ils n'avaient pas compris que, selon les Écritures, Jésus devait ressusciter d’entre les morts. Les disciples s’en retournèrent ensuite chez eux. »

ÉTUDE DU TEXTE 

La résurrection du Christ est le fondement de notre foi. Jean l’Évangéliste nous présente trois personnages : Marie-Madeleine, Pierre et Jean, chacun avec une réaction différente au même scénario : Le Tombeau Vide.

L’Évangile nous dit que le premier jour de la semaine, Marie-Madeleine se rendit au tombeau de bon matin alors qu’il faisait encore nuit, et vit que la pierre avait été roulée. (20,1)

Prise de surprise devant la tombe vide, Marie retourne vers Simon Pierre et le disciple bien-aimé et leur dit : Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où ils l’ont mis. (20,2) Marie, dans sa tristesse, pense que quelqu’un est entré dans la tombe et a volé le corps de Jésus. Elle ne pense pas que Jésus ait pu ressusciter, elle dit seulement : « Ils ont enlevé le corps du Seigneur de la tombe et nous ne savons pas où ils l’ont mis » (20,2)

Informés par Marie-Madeleine, Pierre et Jean courent vers la tombe pour voir par eux-mêmes. (20,3)

Le disciple bien-aimé court plus vite que Pierre et arrive en premier au tombeau (20,4). Pierre, l’impulsif entre directement dans le sépulcre. Jean attend. Qu’aurais-je fait dans ce cas ? Comment aurais-je réagi ?

Puis l’autre disciple, celui qui avait atteint le tombeau le premier, entra aussi. Il vit et il crut. (20.8)

Simon Pierre en entrant dans le sépulcre a vu les linges au sol et le linceul qui avait recouvert sa tête, non pas avec les autres linges, mais plié dans un endroit à part. (20,7)

Pierre et Jean ont remarqué que quelque chose s’était passé, quand ils ont vu le linceul avec lequel ils avaient couvert la tête de Jésus, placé dans un endroit séparé. (20,7) Cela indiquait un départ paisible, glorieux et ordonné.

Le tombeau vide laisse les disciples avec des questions, mais sans réponse. Ils ne sont pas parvenus à un acte de foi immédiat.

Nous pouvons nous demander pourquoi Marie-Madeleine et les deux apôtres qui coururent vers le tombeau avaient oublié ce que Jésus avait dit sur le fait d'être condamné à mort et de ressusciter ensuite d'entre les morts. (Jn 2.22) 

MEDITATION 

Seul l'amour et le désir de répondre à la première initiative d'amour de la part de Jésus ont mis Jean sur son chemin vers Seigneur et, dans une certaine mesure, à la foi en la Résurrection. Jean avait fait l'expérience de l'amour de Jésus pour lui et cet amour était mutuel. C'est pourquoi la réaction de Jean devant tombeau vide est douce et tendre, en raison de son amour et de sa foi en Jésus.

Son propre chagrin pousse Marie-Madeleine à se rendre au tombeau, tôt le matin, alors qu'il fait encore nuit (20,1). Qu'est-ce qui la pousse à faire cet acte ?

Puis elle sortit en courant et alla le dire aux disciples... (20,2). Encore une fois, l'amour n'attend pas et Marie, comme Jean, a fait l'expérience de l'amour réciproque avec Jésus.

Le tombeau vide nous laisse avec le message que rien n'est irrémédiable dans cette vie, pas même la mort. L'Amour de Dieu est plus fort que tout pouvoir humain, plus fort que la mort (cf. Cantique des Cantiques 8,6). L'Amour de Dieu surmonte tous les obstacles.

Nous sommes appelés à être des témoins de la Résurrection du Christ lorsque sa lumière illumine et pénètre tous les moments sombres de notre vie, lorsque son amour transforme nos chagrins, nos tristesses et nos confusions en joie, faisant de nous un peuple d'espérance ; nous devenons alors un peuple de Pâques.

Comme les disciples qui rentrent chez eux après la Résurrection, nous rentrons nous aussi chez nous pour méditer, contempler, approfondir le sens de cet événement extraordinaire pour nos vies.

PRIÈRE 

Mets-moi comme un sceau sur ton cœur,
comme un sceau sur ton bras.
Mets-moi comme un sceau sur ton cœur,
Il est juste de t'aimer.
Car l'Amour est plus fort que la mort,
plus fort que l'enfer.
Son éclair est un éclair de feu,
une flamme de Yahvé lui-même[1].
 

CONTEMPLATION 

Personne n'a vu la Résurrection. Seule une rencontre personnelle avec le Ressuscité peut nous amener à croire au mystère de Pâques.

Ouvrons nos cœurs et enlevons le Rocher de notre égoïsme et de notre suffisance afin que la Lumière du Christ puisse renforcer notre foi et nous réaffirmer dans son Amour.

  • Quelle pierre dois-je enlever dans ma vie pour que ma foi soit une lumière de résurrection pour les autres, pour ceux qui m'entourent ?

 


[1] Carey Landry, “Like a Seal on your Heart”