Lectio Divina : Dimanche de Pentecôte. Cycle B

on 20 Mai, 2021
Affichages : 1609

México, Sr. María de los Ángeles Flores Pérez, 23 mai 2021.- En Lui et avec Lui.

Télécharger en PDF : 
Lectio Divina 23-05-2021 fr Download

 EVANGILE

Jn 20, 19 - 23

19 Le soir de ce même jour, le premier de la semaine, toutes portes étant closes par crainte des Juifs, là où se trouvaient les disciples, Jésus vint et se tint au milieu d’eux ; il leur dit : “Paix soit à vous ! ”

20 Ce disant, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur.

21Jésus leur dit encore une fois : “ Paix soit à vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie.”

22 Cela dit, il souffla sur eux et leur dit : “Recevez l’Esprit Saint. 23 Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.”

ÉTUDE DU TEXTE[1]

Les versets 19-23 contiennent les éléments de la thérapie du Seigneur vis-à-vis de ses disciples lors de la Résurrection.  Il apparaît devant eux de manière à ce qu’ils sachent qui il est et se réjouissent de sa présence et de son triomphe sur la mort (v. 19-20).  Il les envoie pour continuer la mission que le Père lui a donnée (v 21). Il accomplit la promesse de leur envoyer et de leur donner l’Esprit Saint (v 22). Il leur permet de témoigner du pardon quand ils auront fait connaître sa grâce salvifique (v 23). Ces éléments divers sont établis en cinq phrases. Les différentes traditions des apparitions qui ont circulé d’une manière indépendante jointes aux versets 19-20 offrent un résumé tout à fait complet des instructions et actions du Seigneur ressuscité. Par eux l’histoire de Jésus dans le Quatrième Evangile parvient à une conclusion authentique. L’Evangéliste établit que les apparitions aux disciples ont eu lieu ce soir-là. Ils ne se connectent pas avec la situation des événements du matin.

MEDITATION

« Le soir » …Il est fascinant de constater que le texte dit « soir » et non pas « il commençait à faire nuit » ou encore « à la tombée du jour ». C’est qu’il ne s’agit pas du fait que la lumière commence à manquer, malgré l’obscurité dans laquelle plongent leur cœur, sinon du seuil de la Lumière totale, cela dit par une expression qui implique recueillement, intimité, réflexion. Préparer l’âme, sensibiliser les sentiments.

« De ce même jour » … de ce jour aimé. Comme si Jean chérissait une réalité : le premier jour de toute l’histoire de l’humanité.  

« Toutes portes étant closes » … Les portes étaient fermées par contrainte, par peur, par lâcheté, parce qu’il faut du temps pour entrer en soi-même (Cf. Luc 15, 17) et Lui le sait. Heureusement l’Evangile ne dit pas que la maison était fermée (Maison : foyer, lignée, famille, intimité, paternité, état d’esprit). Cependant ils fermèrent les portes parce qu’ils voulaient se protéger ; il y avait une confusion dans la communauté sur qui était qui, y compris parmi eux ; ils savaient que l’un d’entre eux avait livré le Maître. Était-il réellement un disciple ? Avait-il cessé de l’être à la suite de désaccords ? Ou ne le fut-il jamais ? Le manque de confiance était si douloureux qu’il pouvait même en arriver à fermer la maison. Dieu soit Béni, sa miséricorde va se manifester avant d’arriver à cet état de l’âme dans lequel non seulement se ferment les portes, mais qu’on en vient à fermer la maison, dans cette ambiance de tristesse, de confusion, de non avoir, dans la tentation du non-sens.

« Jésus vint » … Jésus, Rabbouni, Maître aimé, Maître désiré, Maître trahi. Le cœur est secoué, la respiration s’arrête, l’espérance se rallume timidement.

Et dans cette proximité et impensable intimité : « les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur » … ils expérimentent une joie indicible que personne ne pourra leur ravir (cf. Jn 16, 22), une joie qui perdurera et se fortifiera jusqu’aux jours d’aujourd’hui.

21 « Jésus leur dit encore une fois : “ Paix soit à vous !  » … Jésus le Seigneur, comme Dieu, accomplit sa promesse, donne la paix promise parce qu’Il a vaincu le monde (cf. Jn 16, 33). Ils le virent et ils crurent qu’il était vrai que Dieu les aimait, que Jésus était vivant et capable d’intervenir mystérieusement, qu’Il ne les abandonnerait jamais, qu’Il avait le pouvoir de faire sortir le bien du mal, par sa créativité infinie et son amour à toute épreuve.

« Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » [2]  Où les envoie-tu Seigneur ?  Qu’avez-vous vu, le Père et toi ? Seigneur, je te laisse combler de tendresse et de compassion la sincère disposition de tes apôtres pour partir te prêcher.

« Cela dit, il souffla sur eux » … Il murmura, telle une brise légère qui pénètre l’intimité, comme dans la caverne d’Elie (1R 19, 12), révélant l’infinie abondance de ce Don. « C’était un Torrent[3] que je ne pouvais traverser, car l’eau avait monté : c’était de l’eau où il fallait nager. Quand il m’eut ramené, voici que, sur le bord du Torrent, il y avait des arbres très nombreux, des deux côtés.  Et alors tous les êtres vivants qui fourmillent vivront partout où pénétrera le torrent. Au bord du torrent, sur les deux rives, pousseront toutes espèces d’arbres fruitiers ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne s’épuiseront pas ; ils donneront chaque mois une nouvelle récolte parce que l’Eau du Torrent sort du Sanctuaire. » (Ez 47,5.7.9a.12).

Et par pure miséricorde de Dieu il entra jusque dans leur intimité la plus intime, les pénétra, prit possession d’eux [4] et ils devinrent comme le buisson qui brûle sans se consumer (cf. Ex 3, 2) ; Il souffla sur eux et dès lors un feu ardent et chaleureux dans leur cœur fut possible ; dynamisme et repos ; élan et caresse ; ardeur missionnaire et mysticisme ;   parrhèsie et prudence ; prédication et intimité. Il souffla sur eux par le don d’un murmure de fin silence.[5]

« Et Il leur dit : ‘Recevez l’Esprit Saint’ » …   Là où sont le Père et Jésus, là aussi est l’Esprit Saint. C’est Lui qui est derrière, c’est Lui qui a préparé et ouvert leurs cœurs pour qu’ils reçoivent l’annonce du salut, c’est Lui qui maintiendra vivante cette expérience de salut, c’est Lui qui les a aidés à grandir dans une joie ineffable. L’Esprit Saint remplit le cœur du Christ ressuscité et de là Il s’est répandu dans sa vie comme une source. Et quand ils l’ont reçu, l’Esprit Saint les a fait entrer chaque fois davantage dans le cœur du Christ, leur Maître, pour que toujours plus, ils soient comblés de son amour, de sa lumière et de sa force. Depuis ce jour les apôtres ont invoqué chaque jour l’Esprit Saint, et Lui, a constamment renouvelé en eux l’expérience de la grande annonce. 

AUJOURD’HUI

Nous sommes envoyées pour revitaliser la mission par la force de l’Esprit Saint, “Avançons animées par ce Don du Ressuscité qui nous pousse à une profonde rénovation spirituelle qui donne un sens plus grand et une force à notre vie ; elle nous amène à recréer en communauté fraternelle la suite du Maître et à dépasser les frontières avec audace et créativité.”[6]

La Parole de Dieu ici méditée est une invitation à louer et à rendre grâce à Dieu pour le charisme reçu de l’Esprit Saint. Le charisme de Marie Poussepin nous enracinées dans la contemplation de la Parole et de la réalité avec un regard de miséricorde. La péricope a exprimé avec une clarté et une force inouïes la nécessité de demeurer en contemplation pour prévoir notre maison et permettre qu’Il entre dans notre intimité la plus intime, qu’Il nous pénètre et qu’Il prenne possession de tout notre être jusqu’à ce qu’il brule comme le buisson. Nous prions le Ressuscité de toujours envoyer son Souffle pour qu’en nous son action vivificatrice soit une réalité qui est feu ardent et chaleur dans le cœur ; dynamisme et repos ; élan et caresse ; ardeur missionnaire et mysticisme ;   parrhèsie et prudence ; prédication et intimité.

Nous voici Seigneur, disposées à recevoir ta voix de fin silence.

Avec la force de l’Esprit nous pourrons donner un nouveau sens à notre style de vie consacrée selon le charisme de Marie Poussepin, pour être signe lisible du Dieu qui nous habite.

CONTEMPLATION 

  1. En contemplant l’icône de Roublev [7]
  2. Exprime ton action de grâce pour le Don de l’Esprit dans ta vie personnelle, celle de la Congrégation, de l’Eglise, de l’humanité de bonne volonté

 

PRIÈRE

Oh, Dieu, qui a illuminé les cœurs de tes enfants par la lumière de l’Esprit Saint, rends-nous dociles à ses inspirations pour toujours aimer le bien et jouir de son réconfort. Par le Christ notre Seigneur. Amen.


BIBLIOGRAPHIE

CONSEIL LATINO-AMERICAIN DES EGLISES, Etude exégétique Jn 29 : 19-31, Buenos Aires 2017.
CHAPITRE GÉNÉRAL 2019 SOEURS DE LA CHARITÉ, DOMINICAINES DE LA PRESENTATION DE LA SAINTE VIERGE, Document Capitulaire, La Turena Bucaramanga 2019.
FERNÁNDEZ DÁVALOS, David, Urgence sanitaire et inégalité sociale, un défi pour nos universités en Revista Aurora, S.J., Cd. de México 2021.
HAAG, VAN DE BORN, AUSEJO, Dictionnaire de la Bible, Herder, Barcelone 2000.
PAPE FRANCOIS, Exhortation Apostolique post-synodale Chistus Vivit, Cité du Vatican 2019.
PAPE JEAN-PAUL II, L’Esprit Saint dans la vie de l’Eglise et du monde. Cité du Vatican 1986.
SOCIETÉS BIBLIQUES UNIES, Reina Valera Contemporaine, 2009.

PAGES ÉLECTRONIQUES 

Juan, 20 - Bible Catholique Online
https://www.bibliacatolica.com.br/la-biblia-de-jerusalen/juan/20/ commentaire
https://www.deiverbum.org/jn-20_19-23/ commentaire Patrologie Grecque

 [1] CONSEIL LATINOAMERICAIN DES EGLISES, Etude exégétique Jn 29, 19-31, Buenos Aires 2017.

[2] Permettez- moi de m’inspirer, en plus de cette Parole, d’une icône russe ; je crois que toutes nous la connaissons et savons quelque chose à son sujet : La Trinité de Andrei Roublëv en 1411.

[3] J’ai mis une majuscule au mot Torrent, pour parler du Don de Dieu, qui est Dieu lui-même. Il en est de même des Mots Eau et Sanctuaire.

[4]  Car ils avaient déjà ouvert leur porte et leur maison.

[5] Quelques biblistes pensent que cette traduction de 1R 19, 12b est la meilleure : “Après le tremblement de terre il y eut un feu ; et après le feu, un bruissement de fin silence”.

[6] Cf. Document Capitulaire 2019, p.15.

[7] L’icône est faite dans une perspective inversée, c’est à dire qu’elle n’a pas un centre à partir duquel il faut la contempler ; à l’inverse, nous autres sommes contemplatifs de la Très Sainte Trinité qui nous invite à la communion, à nous sentir à sa table. Luminosité, délicatesse, douceur, équilibre, beauté. Les visages sont mélancoliques, tristes, voient une situation complexe, voient la situation de ceux qui contemplent l’icône. La Russie du XVème siècle était une époque de cruauté et de grande souffrance. L’icône nous présente une grande réponse à la situation de la souffrance humaine, montrant la liberté intérieure. Pour unir prédication et vie de sainteté, il faut voir le Ressuscité, suivre l’inspiration de l’Esprit qui nous a été donné, beauté, harmonie, vénération au Père, un dans le Fils, murmure de vent suave, plus présent en moi que moi-même. L’icône nous aide à orienter le problème de la souffrance humaine dans la juste direction, en regardant le visage des trois : horizon de l’amour infini, bien au-delà de la terrible souffrance qui se vit. Face à un monde de discorde : harmonie. Devant l’horreur et le non- sens : beauté et sérénité qui nait de l’amour qui les unit.