La planète crie avec les douleurs d’un enfantement

on 21 Avr, 2021

Bolivie, 22/04/2021, Sr. Socorro García, Deleguée de JPIC Province de Los Andes.- « Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. » (Rom. 8,22). Le livre de la Genèse nous raconte comment la création s'est faite peu à peu. Le soin et le dévouement de Dieu à créer, nous amène à penser au processus de gestation. La gestation de la terre qui, à chaque étape, nous fait exclamer : « Et Dieu vit que cela était bon… » (Gen 1,12).

22 avril : Journée de la Terre

La gestation est un processus de VIE, de mise au monde d'un nouvel être qui va habiter la terre, en prendre soin et l'enrichir de ses découvertes et de ses avancées. Lorsque le moment de la naissance approche, le cri de la planète est celui de la douleur mais aussi de la joie, à la vue de ce nouvel être qui va l’habiter et faire l'histoire.

Lorsqu'une femme est enceinte, une vie est en gestation en elle, nous ne voyons pas cette nouvelle vie mais nous savons qu'elle est là. Nous voyons la croissance du ventre mais pas les contractions à l'intérieur. La terre engendre et initie la gestation d'un nouvel être qui la rendra grande, accomplissant le plan du Dieu Créateur.

Au commencement tout était bonheur, Dieu se promène dans le jardin en compagnie de l'homme et de la femme (Gn 3,8) qui habitent la terre qui leur a donné naissance. Dieu le Créateur est heureux de cette naissance.

« Dès le début, Dieu Père-Mère a rêvé d'un monde où toutes les créatures vivraient en parfaite harmonie entre elles. Il a rêvé que les femmes et les hommes communiqueraient par le langage de l'amour ; que toutes ses créatures se considéreraient comme des frères et sœurs avec toutes les autres : que l'arbre ne pourrait jamais dire à l'eau -Je n'ai pas besoin de toi- ; que tous les êtres animés ne diraient jamais à l'air -Nous n'avons pas besoin de toi- ; que la même pierre pourrait chanter une chanson chaleureuse au frère soleil ; que sœur lune illuminerait de sa lumière argentée les chemins de tous les peuples.... ». (Francisco MEJÍA URZÚA)

Aujourd'hui, le cri de la terre n’est pas lié aux douleurs de l'enfantement, mais à la destruction de tout ce qui a été engendré par le Dieu créateur. L'ambition est devenue présente dans le cœur de l'homme et de la femme, et les cris de la terre ne sont pas là, parce que le moment est venu de donner naissance à un nouvel être. Maintenant, cet être à qui elle a donné la vie est en train de déchirer sa propre vie par l’ambition et l’égoïsme.

Le rêve de Dieu, où tout serait paix et harmonie entre tous les êtres créés, a été oublié.
 
  • Nous voyons une Amazone en flammes du feu
  • L'utilisation de produits chimiques s'est multipliée, contaminant les eaux des rivières.
  • La pollution de l’environnement est devenue plus cruelle dans les grandes villes.
  • Le réchauffement climatique a provoqué la poursuite du dégel des pôles.

« Et le projet de mort, dirigé par les « grands » de la terre, enveloppa de son manteau noir l'humanité entière. Notre maison commune a commencé à s'effondrer sans remède. Notre mère la terre gémit maintenant avec de fortes douleurs d'enfantement » (Francisco MEJÍA URZÚA).

Face à cette réalité, l'indifférence était présente, certains admiraient le développement et le progrès sans voir les conséquences et la facture que la terre allait prendre.

« Malheureusement, il y a une indifférence générale face à ces tragédies qui se produisent en ce moment dans diverses parties du monde. Le manque de réactions face à ces drames de nos frères et sœurs est un signe de la perte de ce sens de responsabilité à l’égard de nos semblables, sur lequel se fonde toute société civile. » (Laudato Si, 25).

En tant que femmes consacrées, nous avons besoin de nous réconcilier avec la nature. Il s'agit d'une communion avec la vie. Nous sommes invitées à revoir notre relation avec l'ensemble de la création et à nous demander quelle est notre contribution pour faire de notre spiritualité un jardin d’Eden où nous pouvons à nouveau nous promener et converser avec Dieu.