Lectio Divina : Quatrième dimanche de l'Avent - Cycle C

on 16 Déc, 2021
Affichages : 1373

Bucaramanga (Colombie), SŒUR EDITH ELIDIA LARA BARRERA, le 19 décembre 2021.- TU ES BÉNIE ENTRE TOUTES LES FEMMES ET LE FRUIT DE TES ENTRAILLES EST BÉNI !

LA PRIERE D'INVOCATION DU SAINT-ESPRIT

Mon Seigneur, en ta présence, nous voulons préparer nos cœurs pour ce moment de prière. Envoie-nous ton Esprit Saint pour nous éclairer, pour ouvrir nos esprits et nos cœurs à tout ce que tu veux nous dire aujourd'hui ; afin que cette prière augmente notre foi en l'amour de Dieu, et que nous sachions nous donner avec amour et sans réserve à la mission. Crée en nous le silence pour écouter ta voix. Merci, Seigneur, de nous nourrir de ta Parole.

LECTURE DU TEXTE

« Voyez avec les yeux du cœur, ce que dit le texte » Luc 1, 39-45 

« En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

...Un moment de silence priant pour que la Parole de Dieu puisse entrer en nous et éclairer nos vies.

ÉTUDE DU TEXTE

L'évangéliste, décrivant le départ de Marie pour la Judée, utilise le verbe anístemi, qui signifie se lever, se mettre en mouvement. Considérant que ce verbe est utilisé dans les Évangiles pour indiquer la résurrection de Jésus ou des actions matérielles qui impliquent un élan spirituel, on peut supposer que Luc, par cette expression, veut souligner l'élan vigoureux qui conduit Marie, sous l'inspiration de l'Esprit Saint, à donner le Sauveur au monde.  Le texte de l'Évangile mentionne également que Marie fait le voyage « avec empressement » (Lc 1, 39). De même, l'expression « vers la région montagneuse » (Lc 1,39), dans le contexte de Luc, est bien plus qu'une simple indication topographique, car elle nous permet de penser au messager de la bonne nouvelle décrit dans le livre d'Isaïe : « Qu'ils sont beaux sur les montagnes les pieds du messager qui annonce la paix, qui apporte la bonne nouvelle, qui annonce le salut ».

Le message chrétien est un message de joie et, dans cette atmosphère de joie, la lectio d'aujourd'hui nous offre un cadeau : d'abord, une attitude ; ensuite, un fait.

L'attitude est le service. Un service, celui de Marie, qui se fait sans hésitation. Marie, dit l'Évangile, est partie « avec empressement », et ce malgré le fait qu'elle était enceinte et qu'elle risquait de tomber entre les mains de bandits en chemin. Elle se lève et y va, pas d'excuses, elle y est allée sans attendre. Le courage d'une femme ! Les femmes courageuses dans l'Église sont comme la Vierge, elles se lèvent et servent. Le service est un signe chrétien, le service avec joie, c'est l'attitude à souligner.

Le fait est la rencontre entre Marie et sa cousine. Ces deux femmes se rencontrent et elles le font dans la joie ; ce moment est une fête ! Si nous apprenions ce service d'aller à la rencontre des autres, comme le monde changerait ! La rencontre est un autre signe chrétien. Le service et la rencontre exigent tous deux de sortir de soi : sortir pour servir et sortir pour rencontrer, pour embrasser une autre personne. Le Seigneur est dans le service, le Seigneur est dans la rencontre.

MÉDITATION

« Laissons-nous pénétrer par la Parole, interrogeons notre vie à la lumière de la Parole ».

« Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. » (vv. 41-42).

Cet épisode nous montre avant tout, la communication comme un dialogue qui s'entrelace avec le langage du corps. En effet, la première réponse à la salutation de Marie est donnée par l'enfant qui bondit joyeusement dans le sein d'Elisabeth. Exulter dans la joie de la rencontre est, en un sens, l'archétype et le symbole de toute autre communication que nous apprenons avant même de venir au monde. Le ventre maternel qui nous accueille est la première « école » de communication, faite d'écoute et de contact corporel, où nous commençons à nous familiariser avec le monde extérieur dans un environnement protégé et au son rassurant des battements du cœur de la mère. Cette rencontre entre deux êtres à la fois si intimes et pourtant si étrangers l'un à l'autre est une rencontre pleine de promesses, notre première expérience de communication.

Après être venus au monde, nous restons dans une « matrice », qui est la famille. Un ventre composé de personnes différentes en relation ; la famille est le « lieu où nous apprenons à vivre ensemble dans la différence » (Evangelii Gaudium, 66). Et plus l'éventail de ces relations est large et plus les âges sont diversifiés, plus notre cadre de vie est riche. C'est le lien qui est le fondement la parole, qui à son tour renforce le lien.

L'expérience du lien qui nous « précède » signifie que la famille est aussi le contexte dans lequel se transmet cette forme fondamentale de communication qu'est la prière.  Ainsi, la plupart d'entre nous ont appris en famille la dimension religieuse de la communication, qui dans le christianisme est imprégnée d'amour, l'amour de Dieu qui nous est donné et que nous offrons aux autres. Ce qui nous fait comprendre en famille ce qu'est vraiment la communication en tant que découverte et construction de la proximité, c'est la capacité d'embrasser, de soutenir, d'accompagner, de déchiffrer les regards et les silences, de rire et de pleurer ensemble, entre des personnes qui ne se sont pas choisies et qui sont pourtant si importantes les unes pour les autres. Réduire les distances, aller à la rencontre de l'autre et l'accueillir, est un motif de gratitude et de joie : la salutation de Marie et le saut de l'enfant font jaillir la bénédiction d'Elisabeth qui est suivie du beau chant du Magnificat, dans lequel Marie loue le plan d'amour de Dieu pour elle et son peuple. D'un « oui » prononcé dans la foi, naissent des conséquences qui vont bien au-delà de nous-mêmes et se répandent dans le monde entier. « Visiter » signifie ouvrir les portes, ne pas se refermer sur soi, sortir, aller vers l'autre.

Quelques questions pour nous aider dans la méditation et la prière. 

  • Quelle est la cause de la joie des deux femmes ?
  • Marie et Elisabeth ont eu des expériences fortes de Dieu et les ont partagées l'une avec l'autre. Nos communautés sont-elles des espaces vivants qui nous permettent de partager et de célébrer l'expérience de Dieu de chacune ? De telles rencontres nous aident-elles à expérimenter la présence de l'Esprit Saint dans la communauté ?
  • Quelle leçon l'Évangile d'aujourd'hui nous donne-t-il pour notre expérience de Noël ? 

PRIÈRE

Je parle au Seigneur, j'écoute le "moi" de Jésus et mon "moi" afin d'atteindre une intimité d'amour.

Marie, femme d'écoute, ouvre nos oreilles ; fais-nous savoir écouter la Parole de ton Fils Jésus parmi les mille mots de ce monde ; fais-nous savoir écouter la réalité dans laquelle nous vivons, chaque personne que nous rencontrons, surtout celles qui sont pauvres, dans le besoin, en difficulté.  « Sainte Vierge Marie, remplissez nos cœurs de l'Esprit divin qui remplit le vôtre. »

Marie, femme de décision, éclaire nos esprits et nos cœurs, afin que nous sachions obéir sans hésitation à la Parole de ton Fils Jésus ; donne-nous le courage de la décision, pour ne pas nous laisser entraîner afin que d'autres guident notre vie. « Sainte Vierge Marie, remplissez nos cœurs de l'Esprit divin qui remplit le vôtre. »

Marie, femme d'action, fais que nos mains et nos pieds se déplacent « sans délai » vers les autres, pour porter la charité et l'amour de ton Fils Jésus, pour apporter, comme toi, la lumière dans le monde. « Sainte Vierge Marie, remplissez nos cœurs de l'Esprit divin qui remplit le vôtre. »

CONTEMPLATION

"Entrez dans la lumière que la Parole a laissée dans mon esprit et regardez Jésus avec paix et amour, avec silence et douceur".

En visualisant l'image de la Visitation, nous écoutons le chant « Sales Presurosa ».

https://www.youtube.com/watch?v=_wqCgmwac_Q

ENGAGEMENT

Vivre aujourd'hui avec la résolution de servir, par amour, les personnes avec lesquelles je vis.

Télécharger en pdf:
Lectio Divina - 19-12-2021 fr Download