Lectio Divina : Cinquième Dimanche de Pâques - Cycle C

on 12 Mai, 2022
Affichages : 960

Province de Santafé (Colombie), Sr. Mary Plata Cordero, 15 mai 2022.- Jean 13, 31-33-34-35. Dans ce chapitre 13 commence le drame de la passion, le texte d'aujourd'hui se situe pendant le dernier repas. Jésus parle à ses disciples comme s'il était déjà glorifié. Avec le départ de Judas du lieu du repas, le discours commence, ne laissant que le groupe des fidèles.

Télécharger en PDF : 
Lectio Divina - 15-05-2022 fr Download

Jésus est sur le point de partir, et devant la tristesse que cet événement ne manquera pas de provoquer, il les appelle affectueusement "petits enfants", parce qu'ils ont cru qu'ils seraient avec lui, partageant sa gloire. Mais Jésus ne les laisse pas seuls, il sera au milieu d'eux par la charité qu'ils se témoignent les uns aux autres, car c'est le nouveau mandat qu'il leur a laissé. Il est nouveau en ce qu'il embrasse tous les hommes sans distinction et parce que cet amour doit être comme le Christ a aimé.

L'amour du Christ est non seulement le modèle mais aussi la cause de l'amour chrétien. Cette charité à l'imitation du Christ reflète l'amour trinitaire. D'où l'importance de la charité fraternelle comme signe que nous sommes disciples du Christ, enfants du même Père.

CE QUE ME DIT LE TEXTE :

Je dois le lire avec la conviction que c'est Dieu qui me parle. Je dois m'attarder sur les mots significatifs. Il s'agit de se taire afin d'entendre Dieu.

Méditation : Réfléchir, ruminer, approfondir, comme Marie, laisser cette Parole pénétrer notre cœur.

La première partie du passage de ce dimanche fait référence à l'amour entre le Père et le Fils qui se manifeste par la glorification sur la Croix ; là, les disciples ont compris combien Jésus les aimait.

La deuxième partie, sur laquelle nous allons nous attarder, est centrée sur la relation entre les disciples de Jésus. Avec une grande tendresse, il leur dit : "Mes enfants, je ne serai avec vous que pour peu de temps. Je vous donne un commandement nouveau, celui de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres. Ce texte nous invite à vivre comme une véritable communauté chrétienne. Une communauté renouvelée par la célébration de Pâques du Christ qui est ressuscité et vit au milieu de ceux qui savent aimer.

L'amour mutuel est l'essence du disciple ; il est la caractéristique de toute communauté chrétienne et sa seule manifestation authentique. Les disciples doivent s'aimer les uns les autres comme Jésus a aimé, parce qu'ils ont été aimés les premiers. Dieu a manifesté son amour au monde par son Fils ; Jésus a aimé les siens au point de mourir pour eux. Seuls ceux qui sont aimés et se sentent aimés sont capables d'aimer. L'amour de Jésus est fondamental et constitutif de l'amour fraternel. Elle n'est pas seulement l'action d'aimer, mais elle doit être l'atmosphère dans laquelle nous vivons chaque jour et où nous trouvons la force d'aimer nos semblables.

Aimer comme Jésus a aimé est un amour de don de soi, de sacrifice de sa propre vie pour le bien de ses frères. Ce n'est pas de la philanthropie, un amour altruiste et humanitaire, mais quelque chose de plus, la continuation de l'œuvre de Jésus ; l'amour mutuel doit être une manifestation de l'amour de Dieu pour nous. Cet amour doit être un signe attractif, le témoignage pour que les autres croient. Cet amour doit être la marque de fabrique de nos communautés, « l'âme de la communauté ».

Cet amour universel et concret, silencieux et actif, compatissant et respectueux, patient et secourable, qui pardonne tout, croit tout, attend tout, pardonne tout, se réjouit de la vérité et n'a pas de fin (cf. 1 Corinthiens 13, 4-7). Dans cet amour, ils sauront que nous sommes des disciples de Jésus, un amour qui révèle la présence du Ressuscité…

L'amour du Père et du Fils sur la Croix identifie le vrai disciple. L'amour des disciples prend forme dans le moule de la Croix. Le mandat n'est pas simplement d'aimer, mais d'aimer à la manière de Jésus. Il doit donc être un amour d'acceptation de l'autre même dans son péché, un amour qui aide et transforme efficacement, un amour qui se dépouille de lui-même pour chercher le bien de l'autre, comme l'a fait Jésus. De cette manière, il sera témoigné que Jésus est vivant et présent au milieu de nous.

Nous pouvons nous demander : est-ce que ma façon d'aimer s'inspire et se renforce de l'amour de Jésus ? De quoi dois-je me dépouiller pour aimer comme Jésus ? De quelle façon est-ce que je fais de ma croix, celle qui me pèse tant, un moyen de rendre visible l'amour de Dieu ?

CE QUE LE TEXTE ME FAIT DIRE À DIEU :

Prière : Prier, c'est répondre au Seigneur qui nous parle le premier, écouter sa Parole salvatrice pour l'aimer.

Louons le Seigneur pour la capacité de pouvoir aimer nos frères et sœurs de son amour. Souvenons-nous des noms concrets des personnes qui nous aiment et gardons à l'esprit les personnes que nous aimons et celles que nous devrions aimer davantage. Nous pensons aux sœurs avec lesquelles nous vivons.

Demandons au Seigneur de nous pardonner les fois où nous avons cru qu'il était possible de rester dans l'amour de Dieu sans aimer les gens, mais aussi de nous pardonner lorsque nous n'avons pas donné le témoignage de l'amour.

Remercions Jésus pour son Amour qui l'a conduit à donner sa propre vie.

Prions avec les paroles de ce chant :

Aimer comme Jésus a aimé, rêver comme Jésus a rêvé,
penser comme Jésus pensait, vivre comme Jésus a vécu.
Ressentir ce que Jésus ressentait, sourire comme Jésus souriait,
et à la fin de la journée, je sais que je dormirais beaucoup plus heureux!

 

CONTEMPLATION :

Comment j’intériorise ou nous intériorisons la Parole de Dieu ?

Dans cette contemplation, nous pouvons répéter ce verset de l’Évangile pourqu’il puisse entrer dans nos vies, dans nos cœurs : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ».


Engagement : Cette contemplation doit me conduire à un engagement, car « ce n’est pas celui qui dit Seigneur, Seigneur, mais celui qui fait la volonté de mon Père... "