Lectio Divina : Deuxième dimanche de l'Avent - Cycle B

on 07 Déc, 2023
Affichages : 457

Paris (France), Sr. ANNE LÉCU, 10 de décembre 2023.-  Hâter l’avènement du jour de Dieu.

LECTURE

Deuxième épitre de Pierre (2 Pierre 3, 8-14)

« Bien-aimés, il est une chose qui ne doit pas vous échapper : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse, alors que certains prétendent qu’il a du retard. Au contraire, il prend patience envers vous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous parviennent à la conversion.
Cependant le jour du Seigneur viendra, comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments embrasés seront dissous, la terre, avec tout ce qu’on a fait ici-bas, ne pourra y échapper. Ainsi, puisque tout cela est en voie de dissolution, vous voyez quels hommes vous devez être, en vivant dans la sainteté et la piété, vous qui attendez, vous qui hâtez l’avènement du jour de Dieu, ce jour où les cieux enflammés seront dissous, où les éléments embrasés seront en fusion. Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela, faites tout pour qu’on vous trouve sans tache ni défaut, dans la pax. »

Pierre écrit assez longtemps après Paul, et les premiers chrétiens qui attendaient le retour du Christ commence à trouver le temps un peu long. Alors, il nous offre une méditation sur la patience et sur le temps. Le temps fait partie de la création, mais Dieu qui se tient dans un éternel présent est maître du temps. Il vient quand il veut, dans nos vies comme à la fin des temps. Il vient et il revient lorsque nous ne sommes pas près à le recevoir. Mais parce que le temps fait partie de la création, il est limité par la venue du Jour de Dieu, dont nous ne savons rien, pas même le Fils.

Mais Pierre nous offre un enseignement précieux et stupéfiant : ceux qui vivent dans la sainteté et la piété peuvent hâter la venue de de ce Jour. Le verbe grec « hâter » signifie à la foi accélérer et désirer ardemment. C’est le verbe utilisé pour désigner la course des bergers vers l’enfant à Noël.

MÉDITATION

La sainteté n’est pas la perfection ni le résultat d’un effort maintenu coûte que coûte, c’est appartenir à Dieu et à personne d’autres. Quant à la piété, elle est dans le Bible l’attitude de l’homme ou de la femme forte qui supplie Dieu pour les autres, pour ce monde, afin qu’Il agisse vraiment et donne du courage à ceux qui en ont besoin. Il s’agit là encore de veiller. Désirons-nous vraiment que le Jour de Dieu soit avancé, que les souffrances des hommes et des femmes aient une fin ?

PRIÈRE

Viens Seigneur, à notre secours, et apprends-nous à durer dans la supplication pour ce monde et ses habitants. Donne-nous la grâce de savoir te demander de hâter ta venue.

CONTEMPLATION

« Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice ».