Lectio Divina : Troisième Dimanche de l'Avent - Cycle B

on 14 Déc, 2023
Affichages : 730

Paris (France), Sr. ANNE LÉCU, 17 décembre 2023.- Accueillir la joie.

LECTURE

Évangile selon saint Jean (Jean 1, 6-8.19-28)

« Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? »
Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. »
Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. »
Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »
Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. »
Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? »
Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. »
Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait. »

Pour le troisième dimanche de l’Avent – dimanche de la joie – la liturgie met Jean-Baptiste en lumière. Deux groupes s’opposent, les prêtres et les lévites qui veulent savoir, qui ont besoin de réponses précises à leurs questions, et finalement mettre la main sur les hommes qu’ils dirigent, et en face, seul Jean, qui ne cesse de dire, « je ne le suis pas, je ne sais pas », et parlant de Jésus, « celui que vous ne connaissez pas ».

Nous sommes toujours aussi de ces prêtres et lévites qui ont besoin de savoir, ou de ceux des proches de Jésus qui disent « nous le connaissons » ce qui n’est jamais bon signe. Jésus ne se donne à connaître que dans l’effacement, au cœur du mystère pascal qui déjà se laisse approcher à la crèche dans le dénuement d’un enfant. Mais fondamentalement, nous ne le connaissons pas tant que nous ne sommes pas dans ce même dénuement.

MÉDITATION

Une phrase mérite toute notre attention : Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas. Littéralement, on pourrait lire « Milieu de vous se tient… ». Le Verbe, Celui que nous ne connaissons pas n’est pas seulement au milieu de nous, il est Le milieu de nous, Celui qui permet que nous soyons liés les uns aux autres, le Médiateur par excellence. En ce sens, il est l’insaisissable, l’inconnaissable ou plutôt, on ne peut le connaître que dans la dé-préoccupation de soi, autre nom de la charité, source de joie.

MÉDITATION

Donne-nous Seigneur la grâce d’être comme Jean-Baptiste, préoccupé de préparer ta venue en ce monde et prêt à s’effacer pour que tu viennes.

CONTEMPLATION

« Il n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière »