En état de veille : Jusqu'à ce que l'Aube nous embrasse !

on 06 Déc, 2022
Affichages : 509

Vénézuela, 06/12/2022, Sr. Nícida Amparo Díaz.- La plus grande partie de notre espoir est ancrée dans les choses mondaines, c'est-à-dire dans les choses que, en tant qu'êtres humains, nous vivons et souffrons,...

Où est notre espoir ?

La plus grande partie de notre espoir est ancrée dans les choses mondaines, c'est-à-dire dans les choses que, en tant qu'êtres humains, nous vivons et souffrons, à savoir la santé, la situation politique, sociale, religieuse, économique, la réalité communautaire, nos relations,… nous espérons que toute cette situation que nous vivons peut être résolue, mais nous ne voyons pas d'horizon, et nous nous inquiétons, et nous devenons angoissés et impatients et nous devenons désenchantés et stressés et dévastés… et notre foi et notre espoir perdent de la force et nous perdons la paix .

Nous perdons la Paix, car notre espérance est ancrée dans l'horizon purement humain, même si nous disons que nous espérons en Dieu, que nous sommes des femmes et des hommes de foi et d'espérance et que nous nous épuisons pour les choses de Dieu. Mais il s'avère que, dans cet effort, dans ce travail, dans cet épuisement pour les choses de Dieu, nous travaillons pour Lui, mais sans Lui... nous mettons tout notre effort, toute notre force dans notre humanité limitée, qui est fini, faible, exposé à l'expiration et, on ne peut pas tout faire ! Distraits et accablés, nous oublions qu'en Dieu est notre espérance...

Lève-toi, Jérusalem !

Lève-toi Jérusalem, écoute la voix de ton Dieu qui frappe à ta porte et frappe ! C'est le petit espoir que nous portons dans nos cœurs, et il nous dit bonjour tous les matins ; Il nous dit : Lève-toi, il reste encore beaucoup à faire et tout n'est pas fini, lève-toi et mets-toi dans l'horizon de Dieu, travaille pour Lui et avec Lui... Tout sera différent ; Il s'agit d'intégrer notre horizon humain dans l'horizon divin, travaillant à partir de Dieu, de sa proposition, toujours soutenu par sa Parole, par sa Fidélité, par la force de sa Grâce, car cela nous suffit...

Lorsque nous perdons espoir, nous fermons toutes les possibilités et embrassons Narciso... et nous vivons, "comme je le vois, je vis", "mangeons et buvons, car demain nous mourrons" distraits par nos soucis quotidiens ; on s'habitue à vivre comme ça, sans espoir, sans la force de penser à des alternatives humanisantes...

Nous regardons le temps dans une perspective chronologique, et cédons au syndrome de l'impatience, de l'immédiateté ; nous perdons notre capacité à rêver, à espérer, à créer et à recréer. Nous oublions que nous sommes formés à l’Esperance.

"Kierkegaard définit l’Esperance comme "la passion du possible" mais en insistant sur l'élément pathos, cet amour douloureux et joyeux qui unit le cœur humain à ce qu'il espère ou à ce dont il se sent nostalgique... Moltman l'a défini comme "l'aube de l'attendu, un nouveau jour qui irradie tout de sa lumière », montrant que vivre l'espérance signifie « porter l'avenir de Dieu au présent du monde. L'attente, en résumé, implique la prise de conscience, plus ou moins subie, de quelque chose ou de quelqu'un qui n'est pas là maintenant, et je sens que j'en ai besoin. »[1]

Dans notre vie quotidienne, nous n'attendons pas seulement des choses ou des situations, nous attendons aussi des personnes, leur présence, leur parole, qui nous donnent force, encouragement, réconfort et aussi nous éclairent... De notre foi chrétienne, l'espérance est en Quelqu'un : "Oh Dieu tu es mon Dieu, à cause de toi je me lève tôt, mon âme a soif de toi, ma chair te désire, comme une terre desséchée desséchée sans eau... au lit je me souviens de toi et en te regardant je médite sur toi" ( Ps 62, 2-7 ). L'espérance, placée à l'horizon de Dieu, assume et dépasse l'espérance naturelle, et nous aide à discerner et à reconnaître la Présence de Dieu qui passe, qui vient.

De l'horizon de Dieu, nous comprenons que pour le chrétien qui croit en Dieu et en sa Parole, le temps n'est pas seulement chronologique. Le temps est kairologique, c'est le temps de Dieu qui passe dans notre vie, dans notre histoire, qui se passe toujours. D'où son invitation : « Soyez prêts car le Fils de l'homme viendra au moment où vous vous y attendrez le moins » (Mt 24,44). « Faites attention, ne vous laissez pas étourdir par le vice, l'ivresse et les soucis de la vie, afin que ce jour ne vous surprenne pas tout à coup » (Lc 21, 34).

Pour le chrétien croyant, être préparé n'a pas force dans l'avenir mais dans le présent, car le Seigneur nous surprend dans l'aujourd'hui de notre vie, donc, ce que nous faisons aujourd'hui par rapport à nos frères et sœurs nous prépare l'avenir. « J'ai eu faim (aujourd'hui) et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif (aujourd'hui) et vous m'avez donné à boire... » C'est de l'accueil du Dieu qui vient que nous garantissons notre être avec Lui pour toujours : Viens béni de mon Père, car je suis venu à toi et tu m'as reçu...

Lève-toi et regarde l'aube à l'horizon...

L’Esperance est dynamique et non statique, il nous met en état de vigilance, cette attitude d'attente se prouve dans l'engagement envers notre peuple, il nous fait nous lever, sortir à l'aube, nous laisser embrasser par lui, donner raison à l'espérance que nous portons en nous (1 Pt 3,15), qui nous pousse à humaniser notre humanité, le lieu où Dieu, seul Dieu s'est fait présent, s'est fait homme et depuis ce jour nous a dit que tout homme et toute femme est un lieu de rencontre avec Lui; c'est un événement de salut.

Être vigilant signifie rester en prière jusqu'à ce que l'aube nous embrasse, nous enveloppe de sa lumière, comme les bergers de Bethléem, et que nous puissions entendre la Bonne Nouvelle du salut qui nous remplit de paix et de joie, qui nous met en marche comme des sœurs.. .

Nous avons besoin de nous porter dans l'Espérance, nous avons besoin de nous soutenir dans notre marche, d'être enchantés, de vivre en cherchant le monde que Dieu veut, et nous avec Lui, voulons... cette nouvelle humanité, amoureuse des pauvres, dévouée dans la vie aux autres, traversant les frontières ! jusqu'à atteindre les périphéries existentielles où crie la vie. Cette nouvelle humanité qui sait s'abandonner en Dieu, parce que Sa Grâce lui suffit.

Restons dans l'espérance en cherchant ce que nous espérons et quand l'Attendu viendra, qu'il nous trouve à aimer, servir et donner la vie comme Bonne Nouvelle du salut, partout où nous vivons, nous déplaçons et existons.

Célébration

Chanson : Color de esperanza… Levántate Jerusalén... Esperaba, esperaba

Nous admirons…

Nous annonçons…

Symboles : Les quatre bougies de l'Avent

1 bougie : Espoir

2 bougie : Patience

3 bougie : Humilité

4ème bougie : Aurore : Le rêve de Dieu… ce sera mon rêve. Un monde où la Paix triomphe et la Paix triomphe dans la fraternité, dans la sororité... dans la rencontre mystique...

La grande bougie : réveil de l'aube…

Deux mouvements en sortie : Voir et Annoncer…


[1] Amadeo Cencini. Libera la esperanza. Pág. 14s